Médecine douce

Les extraits naturels de Beljanski et leurs bienfaits

23 janvier 2020

Le cancer, cette terrible maladie qui ne laisse aucune ou très peu de chance de survie à ses victimes, peut atteindre tout le monde. Adultes, enfants, seniors, hommes ou femmes, tous sont concernés. Pourtant, aujourd’hui, grâce à la méthode de Beljanski, l’humanité est peut-être sur le point de vaincre cette maladie.

Tout ce qu’il faut savoir sur les extraits de Beljanski

En 2018, on estime qu’environ 18,1 millions de personnes dans le monde sont touchées par le cancer, un chiffre ahurissant qui laisse les malades quelque peu pessimistes. Avec l’évolution de la médecine et des technologies ces dernières décennies, de nombreux scientifiques ont pourtant affirmé avoir trouvé un remède à cette maladie, ce qui est plutôt une bonne nouvelle, surtout pour ceux qui n’y croyaient plus. Ce remède, c’est le Docteur Mirko Beljanski qui l’a développé grâce à une nouvelle approche thérapeutique.

Après de longues années d’étude et de recherche, le Docteur Beljanski a sélectionné des molécules naturelles anticancéreuses. Celle-ci sont principalement extraites de deux plantes : le Pao pereira et leRauwolfia vomitoria. Après avoir testé ces produits sur des animaux (greffés par des cellules cancéreuses), les équipes de recherche ont démontré que ces plantes contenaient effectivement des substances à caractéristiques toxicologiques et pharmacologiques, capables de détruire les cellules cancéreuses. L’action anticancéreuse des extraits naturels de Beljanski a, depuis, été confirmée par de nombreux malades atteints du cancer.

Quels sont les bienfaits des extraits de Beljanski ?

Le Docteur Mirko Beljanski est l’un des premiers scientifiques à avoir étudié les rôles des ARN dans le fonctionnement cellulaire. Ses multiples recherches ont mené à une découverte fondamentale qui va bouleverser le monde de la médecine : le remède du cancer grâce à des méthodes naturelles et non toxiques. Les extraits de Beljanski sont ainsi utilisés dans le traitement de diverses maladies telles que l’hyperplasie bénigne de la prostate (hbp). Les études ont en effet démontré que les extraits de Pao Pereira et de Rauwolfia vomitoria apportaient un réel soulagement au blocage de la circulation de l’urine chez l’homme. Le hbp traitementconsiste à prendre les extraits de Beljanski sur une période de un an. Il permet de guérir les problèmes de vessie en diminuant les mictions nocturnes, le volume de la prostate et les PSA (antigènes prostatiques).

Aujourd’hui, de nombreux survivants du cancer apportent leur témoignage sur les bienfaits et l’efficacité des extraits de Beljanski. Une association a d’ailleurs été créée afin de partager les bénéfices tirés par l’utilisation de ces derniers. Financée par les dons des adhérents, l’association CIRIS (Centre d’Information sur les Recherches et l’Innovation Scientifique) organise des rencontres, des prises de contact et des recueils de témoignages pour apporter de l’aide et de l’espoir aux personnes atteintes du cancer et d’autres pathologies. Les membres de cette association sont, pour la plupart, d’anciens malades qui ont été témoins de l’efficacité du produit en question et qui souhaitent, à leur tour, sauver des vies. Chaque année, l’association diffuse ces témoignages afin de permettre à tous les malades de bénéficier des extraits de Beljanski.

Médecine douce, Non classé

Ces maladies qui entraînent l’usage d’un fauteuil roulant

21 janvier 2020

On constate malheureusement, un peu partout dans le monde, un nombre ne croissant de personnes en fauteuil roulant. Une personne peut se trouver dans l’obligation de se servir d’un fauteuil roulant suite à un accident, lors d’une catastrophe naturelle ou suite à la pratique d’un sport quelconque. Mais le plus souvent, un tel usage fait suite à une maladie. Parfois, l’utilisation d’un fauteuil roulant est temporaire et parfois, hélas, de manière permanente. Mais, quelles sont les maladies qui peuvent entraîner des lésions pour qu’une personne soit obligée de se trouver en fauteuil roulant ? Ce sont des pathologies invalidantes et graves, dont la dystrophie musculaire qui est héréditaire et se traduisant par une atrophie des muscles petit à petit. Une personne peut également se trouver dans l’obligation de se servir d’un fauteuil roulant si elle est victime d’une hémiplégie. Il s’agit d’une déficience grave ou d’une paralysie des membres (bras ou jambe) ou parfois celle du tronc ou encore un côté du corps. Il existe également des maladies ou des traumatismes qui causent des lésions importantes et irréversibles de la moelle épinière. Et, une fois la moelle épinière atteinte, la paralysie s’installe, d’où la nécessité d’un fauteuil roulant.

Ces pathologies graves qui nécessitent un fauteuil roulant

Malgré les avancées indéniables sur les plans scientifique et médical, il existe encore et toujours un nombre important de pathologies auxquelles les médecins n’ont pas trouvé de remède. Parmi celles-ci, il y a les maladies neurodégénératives qui touchent le cerveau et souvent, le système nerveux dans son ensemble. Il y a aussi des personnes atteintes d’ostéogenèse imparfaite, aussi appelée maladie des os de verre. Il s’agit, ici encore, d’une maladie génétique qui se caractérise par un squelette extrêmement fragile depuis la naissance. Les personnes qui en sont atteintes ne disposent d’aucun remède jusqu’à aujourd’hui et doivent vivre avec toute leur vie, le plus souvent en fauteuil roulant. Heureusement, grâce à la technologie, des solutions innovantes leur sont proposées afin de faciliter leur vie quotidienne. Chez Acekare.com par exemple, on trouve des fauteuils roulants motorisés qui sont à la fois légers et pliables. Avec ce type de dispositif, le malade n’a plus besoin de fournir aucun effort pour pouvoir se déplacer.

La paralysie cérébrale frappe également certaines personnes, elle touche la motricité et la coordination des muscles et des mouvements. Et puis, il y a le Spina Bifida, une malformation congénitale suite à un problème de fermeture du canal osseux où se situe la moelle épinière.

La vieillesse : une autre cause d’invalidité

La vieillesse est aussi une autre cause d’invalidité qui peut mener à l’utilisation d’un fauteuil roulant. Cette aide au déplacement s’avère nécessaire lorsqu’une personne âgée ne peut plus se servir de ses jambes pour se mouvoir. Cette déficience peut être causée par une maladie quelconque, mais, parfois, la personne âgée n’a plus assez de force dans ses jambes. Il peut y avoir d’autres raisons, mais, dans tous les cas, un fauteuil roulant représente bien souvent une assistance bienvenue au quotidien. Un bon nombre de personnes âgées peuvent vivre seules et s’occupent d’elles-mêmes toutes seules, grâce à leur fauteuil roulant. Elles peuvent voir leur famille, leurs amis et mener une vie en toute dignité. Mais, il arrive que le fauteuil roulant ne suffise pas et qu’une personne âgée ait besoin d’un auxiliaire de vie.

Hygiène

Comment rayonner de beauté le lendemain des soirées ?

6 janvier 2020

Vous avez fait la fête toute la soirée ? D’une manière générale, on affiche une mine fatiguée les lendemains de soirée. Avec le mal de tête, la déshydratation, le teint cireux et les yeux cernés attirent souvent les regards de pitié. Mais pour rayonner de beauté le lendemain des soirées bien arrosées, il existe des astuces qui peuvent aider. En voici quelques-uns qui vous sauveront très certainement la mise.

Traitez la situation de l’intérieur

Le manque de sommeil, les cigarettes et l’alcool ont tendance à déshydrater votre peau. Pour y remédier, il est conseillé de boire beaucoup d’eau. Cela vous aidera à éliminer les toxines de votre organisme en le purifiant et en le drainant. Pensez donc à boire au moins deux grands verres d’eau avant de vous coucher, mais également au réveil.

Mais comme l’estomac fait les frais de tous les excès effectués lors d’une soirée, il vous faudra également miser sur les jus détox. Si vous n’avez pas le temps d’en préparer, un simple jus de citron préparé avec de l’eau tiède sera largement suffisant. Veillez à boire la préparation dès votre réveil et à jeun. Cela permettra d’éclaircir votre teint en donnant un coup de fouet l’ensemble de votre organisme.

Hydratez votre peau

Après les soirées arrosées, évitez de zapper la case démaquillage. Même si votre seule envie est de dormir après une fête, démaquiller votre visage avant de dormir lui fera le plus grand bien à votre réveil. Il est à noter qu’il est nécessaire d’hydrater votre visage avec les produits adaptés à votre type de peau. Vous trouverez une large sélection dans les magasins et boutiques beauté et santé comme chez MONACOSMETIC.

Cette étape sera essentielle pour permettre à votre peau de respirer. Afin d’avoir plus de résultats, pensez à masser votre visage lors de l’application de votre gel hydratant (peau grasse) ou bien de votre crème hydratante (peau sèche). Il est également nécessaire de chouchouter sa peau avec une crème ou bien un sérum de nuit. Lors de l’application, faites un massage pour faire pénétrer le produit dans votre peau avant de vous coucher.

Effectuez un gommage le matin

Le gommage du visage se fait généralement 2 ou 3 fois par semaine. Mais afin d’éliminer toutes les impuretés de la nuit, ne manquez pas de faire un gommage à votre réveil. Il existe de nombreuses recettes maison de gommage naturel qui sont particulièrement efficaces. Pour vous préparer un gommage naturel, il vous sera, par exemple, possible de vous préparer un gommage purifiant à base de Rhassoul et d’eau florale. Pour la préparation, mélangez dans un bol une cuillère à soupe de Rhassoul et 2 cuillères à soupe d’eau florale.

Puis, appliquez le mélange sur votre visage en effectuant de petits massages. Rincez ensuite à l’eau tiède. Le Rhassoul nettoie votre peau et absorbe les impuretés et les graisses. Ensuite, un masque nourrissant à base de yaourt est aussi très efficace pour afficher une bonne mine. Il vous suffit de mélanger 2 cuillères à soupe de yaourt et une cuillère à soupe de miel. Ce gommage est très doux et permet d’exfolier votre peau tout nourrissant les épidermes desséchés.

Médecine douce

Quelle technique de prélèvement pour améliorer la greffe de cheveux ?

16 décembre 2019

L’opération de greffe de cheveux qui consiste à réimplanter les cheveux du patient d’une zone fournie à une zone dégarnie a beaucoup évolué depuis quelques années grâce à l’amélioration des techniques chirurgicales. L’autogreffe a longtemps été critiquée du fait des résultats peu satisfaisants qu’on en obtenait sur le plan esthétique. Dans les années 1960 et ce jusque dans les années 1970 on les prélèvements de peau étaient directement posés sur la zone à traiter, ce qui faisait un aspect tête de poupée, pas très agréable à voir. C’est seulement dans les années 1980 que les nouvelles techniques ont permis de réduire les greffons à quelques follicules pileux, ce qui donnait des résultats plus esthétiques.  Depuis que ces techniques de microchirurgie ont fait leur apparition, les greffons sont de plus en plus petits et les patients ont des attentes toujours plus grandes. On obtient désormais des résultats naturels.

En moyenne une personne possède entre 100 000 et 150 000 cheveux dont entre 40 et 100 tombent chaque jour. Selon la saison, cette chute peut atteindre 175 cheveux par jour. La chute de cheveux est donc normale, elle devient problématique quand on la chiffre à plus de 100 cheveux par jour, sur une longue période. On distingue plusieurs types de chutes de cheveux, la plus courante étant l’alopécie androgénique qui est causée par une augmentation des hormones mâles dans l’organisme. Ce type de chute intervient vers 30 voire 40 ans, mais elle peut aussi intervenir à 16 ans. La perte de cheveux commence au niveau des golfes temporaux  et sur le sommet de la tête. Les cheveux s’affinent ensuite ils tombent, la chute est plus ou moins lente, selon les personnes. Les greffes de cheveux arrivent à bien résoudre ce type de calvitie. La technique de la bandelette est d’ailleurs celle que les spécialistes ont adoptée pour ce type de problème.

La FUSS, Follicular  Unit Single Strip consiste à découper une bandelette d’environ 2 centimètres de large et pouvant atteindre 20 cm de long. Cette bandelette est extraite de la zone donneuse à l’arrière de la tête, ou les tempes. La bandelette est ensuite détaillée en follicules qui sont ensuite replantés grâce à une aiguille sur la partie dégarnie du crâne. Cette technique de greffe de cheveux nécessite l’intervention d’une équipe médicale constituée d’au moins 2 personnes expérimentées comme chez Aesthetis Paris. L’intervention se déroule sous anesthésie locale, pour cette raison il est préférable qu’elle ne dure pas plus de 3 heures, délai nécessaire pour implanter entre 800 et 1600 greffons. L’implantation se fait par microchirurgie, pour créer des canaux d’implantation les chirurgiens se servent principalement de deux techniques : les micros impacts et les micros fentes. La technique de micro impact consiste à faire des petits trous avec une aiguille spéciale de 0,7 à 1,2 mm de diamètre. Tandis qu’avec les micros fentes on réalise des incisions avec un petit scalpel pour y insérer des greffons de la même taille. Les fentes sont faites selon un axe permettant d’aboutir à un résultat naturel.

Médecine douce

Psychothérapie : qu’est-ce que c’est ?

10 décembre 2019

La psychothérapie est une approche psychologique visant à provoquer des changements de comportements et de façons de penser ou d’agir chez une personne. Cela afin de permettre à cette dernière de mieux se comprendre, de bien se sentir, de trouver des solutions et de faires les bons choix. Depuis certaines années déjà, la psychothérapie constitue un point de référence dans les services d’aide psychologique. Actuellement, il n’y a que les professionnels légalement formés qui peuvent la pratiquer.

Qu’est-ce que la psychothérapie ?

Une psychothérapie s’adresse aux personnes subissant des problèmes relationnels et/ou existentiels, souhaitant prendre en main leur destin. Il s’agit avant tout le fait de prendre un temps pour vous occuper de vous et de tout ce qui ne va pas, grâce à l’aide d’un psychopraticien. Ce dernier devant être capable de vous accueillir, sans pour autant vous conseiller ni vous juger. Pour ce faire, il a su acquérir la capacité d’écoute nécessaire, en ayant suivi lui-même une formation spécifique dans une école psychothérapie.

L’alliance thérapeutique ou le lien de confiance, qui se créera entre vous et votre thérapeute, sera donc la base sur laquelle vous pourrez lui faire part de toutes vos souffrances enfouies. Vous pourrez également discerner les détails et circonstances du fait que vous ne compreniez pas votre état actuel. Ainsi, vous trouverez en vous cet éclairage, qui en plus de vous permettre de comprendre, vous donnera aussi l’opportunité de vous accueillir vous-même tel que vous êtes.

En outre, ce traitement psychologique vous fera découvrir des parties de vous que vous ignorez, des talents cachés et même des possibilités que vous n’auriez jamais pu imaginer auparavant. Ce qui vous mènera notamment vers une rencontre favorable avec vous-même.

La démarche de la psychothérapie

Lorsque vous décidez de vous engager dans une psychothérapie, vous entreprenez un processus de changement requérant une relation de confiance avec votre psychologue. Vous allez donc pouvoir vous laisser aller, dire ce que vous pensez et ressentez réellement, sans être critiqué ni jugé.

Pendant votre séance, vous serez notamment amené à faire des exercices comme vous pencher sur les situations ou les sentiments qui vous font peur. Vous devrez également parler de toutes les choses que vous avez longtemps gardées pour vous et constater que vos relations avec votre entourage ont réellement changé. Ainsi, vous réaliserez sans doute que vous avez certains comportements et certaines manières de penser à modifier pour votre bien.

Votre thérapeute évaluera d’abord vos difficultés, grâce à des tests ou des questionnaires. Mais il peut aussi vous percevoir à l’aide d’une simple entrevue pour établir la meilleure solution de traitement qui vous correspond. Ce sera d’ailleurs une opportunité de vous lâcher et de poser toutes les questions qui vous tourmentent.

Qu’en est-il de la psychothérapie Gestalt ?

La psychothérapie gestalt  vient du verbe en allemand « gestalten » qui peut signifier « se construire » ou encore « prendre forme ». Lors d’une thérapie classique, votre praticien et vous cherchez généralement les raisons ainsi que les causes de votre problème. Il pourrait effectivement s’agir de peur de l’abandon, d’anxiété aiguë ou encore de manque de confiance.

Par contre, en Gestalt thérapie, vous ne vous posez plus la question « pourquoi », mais plutôt le « comment ». C’est donc la manière dont vous avez agi pour arriver à votre situation actuelle.

Votre thérapeute travaillera surtout sur votre autonomie, votre sens de responsabilité ainsi que votre créativité. Il n’a donc pas besoin de reconstituer votre histoire, car cette approche se focalise sur le moment présent de vos problèmes.

Médecine douce

Complément capillaire : comment faire le bon choix ?

7 décembre 2019

Un complément capillaire n’est pas souvent une option mais une obligation que l’on adopte en dernier recours. Il s’agit d’un élément indispensable, non seulement pour compléter ses cheveux ou pour masquer sa tête chauve suite à une maladie. Mais comment choisir son complément capillaire ? Voici alors quelques critères à considérer.

Misez sur la qualité et non le prix

On aime souvent comparer les produits et les marques sur le marché et pourtant, il faut tenir compte davantage de la qualité plutôt que du prix. Un complement capillaire  est un produit de soin et non une sorte d’accessoire à cheveux. Il doit être de qualité pour éviter des conséquences graves sur sa santé capillaire. En général, la partie du visage et de la tête est extrêmement sensible que l’on doit apporter le plus de soin et d’attention. Il est alors utile de choisir un produit qui ne présente aucun risque sur sa santé en misant sur la qualité et non sur un prix bon marché. Dans l’idéal, il vaut mieux l’acheter dans un institut capillaire ou dans un magasin spécialisé uniquement dans l’univers des cheveux. De cette façon, on bénéficiera de plus de garantie concernant la provenance et la fiabilité du produit. Et plus, il est coûteux, plus, il garantit une utilisation conforme à la mesure de ses besoins.

Choisir selon Le type de complément capillaire recherché

Logiquement, on doit mettre en priorité nos besoins en matière de complement capillaire. Tout dépend alors de sa situation car normalement, il ne s’agit pas d’une valorisation de sa silhouette ni pour sa mise en beauté mais d’un besoin capital. On utilise un complément capillaire pour masquer une partie de son crâne ou pour le couvrir des cheveux en totalité. Tous comme les perruques, ces produits sont des alternatives aux chutes de cheveux. Une prothèse capillaire partielle permet en tout cas d’apporter du volume à ses cheveux tandis qu’une couverture complète permet de dissimuler ses problèmes capillaires. Donc, quelles que soient les raisons, elles doivent être d’ordre sanitaire et non juste pour soigner son apparence. Pour faire le bon choix, autant alors consulter un professionnel aguerris qui sait comment allier le confort et l’esthétique de ces produits capillaires.

Choisir en fonction de ses besoins en personnalisation

Même si un complément capillaire fait partie intégrante des matériels médicaux, on peut toujours allier l’utile à l’agréable en lui apportant une petite touche personnelle. D’abord, la taille constitue un critère indispensable car elle doit garantir la fiabilité et le confort de la prothèse. Il est aussi important de choisir le bon coloris selon la couleur de sa peau ou si on veut changer un peu, il est possible d’essayer une couleur plus différente. Il en est de même pour la coupe et la nature des cheveux. On peut aussi se permettre toutes les fantaisies en longueur de cheveux et en style. Il existe aussi des cheveux synthétiques et des cheveux naturels. Mais il est préférable d’opter pour les vrais cheveux pour paraître naturel.  Bref, choisir un complément capillaire peut se faire en fonction de ses quelques critères.

Hygiène

Éviter les perturbateurs endocriniens dans votre quotidien

2 décembre 2019

Vous avez sûrement déjà entendu parler des perturbateurs endocriniens. Ces substances qui se trouvent partout dans les produits que nous utilisons pour le soin de notre peau, dans l’eau que nous buvons, dans la viande que nous consommons et bien d’autres produits que nous utilisons dans notre  quotidien.

Les perturbateurs endocriniens ont un effet désastreux sur notre santé et la possibilité de développer un cancer n’est qu’une des conséquences de notre exposition à ces substances.

Comment faire pour limiter l’exposition aux perturbateurs endocriniens

Le meilleur moyen de limiter les effets des perturbateurs endocriniens sur notre corps est de limiter le contact avec les produits qui en contiennent.

D’après les recherches effectuées par divers spécialistes, les principaux produits qui contiennent des perturbateurs endocriniens sont  les produits cosmétiques de soin pour le corps, l’eau que nous buvons, la nourriture en conserve et les emballages antiadhésif  pour  la nourriture, les fruits et légumes  sur lesquels il a été utilisé du pesticide et du désherbant chimique ainsi que la viande issue des élevages intensifs, les poissons contaminés aux métaux lourds, les ustensiles de cuisines en plastique particulièrement  quand ils sont chauffés, les produits d’entretien que vous utilisez pour faire le ménage, les retardateurs de flemmes, certains fournitures de bureau et enfin les tickets de caisse.

Pour minimiser le risque d’exposition aux perturbateurs endocriniens, il faut éviter au maximum le contact avec ces produits. Pour cela, il faut s’habituer à adopter les bons gestes. Quand le choix se pose, il vaut mieux préférer les produits issus d’une filière biologique, comme les fruits et légumes ainsi que la viande bio. Pensez à filtrer l’eau que vous utilisez ou buvez.

Pour votre cuisine et l’entretien de votre maison, adoptez les reflexes d’un ménage bio, utiliser des produits naturels pour nettoyer et des ustensiles de cuisine en plastique.

Quelles sont les conséquences des perturbateurs endocriniens  sur notre santé

Les perturbateurs endocriniens comme leur nom l’indique perturbe le fonctionnement  normal des hormones humaines. Les hormones dans le corps humain est le gage du bon fonctionnement  de notre corps. Ils agissent à la fois sur le système reproducteur, le système nerveux, lé système immunitaire, lé fonctionnement du métabolisme et la satiété, celle qui nous dit que nous n’avons plus faim lorsque nous avons suffisamment mangé.

Beaucoup d’études ont été menées sur ce sujet et ont démontré une réelle corrélation entre une exposition plus ou moins durable aux perturbateurs endocriniens et le développement de ces maladies. Quand le mécanisme est perturbé, il en résulte des dysfonctionnements dans notre corps. Nous tombons malade.

Les conséquences les plus connues de l’exposition aux perturbateurs endocriniens sont le développement de cancer, ce qui est extrêmement grave. Cependant, il y a d’autres maladies que l’on peut développer suite à des expositions prolongées.

Il peut s’agir de diabète, d’obésité, de problème de fertilité aussi bien masculine que féminine, des problèmes aux thyroïdes, etc.

Le pire c’est que ces perturbateurs endocriniens s’incrustent dans notre corps. Les effets peuvent toucher aussi bien les adultes que les enfants et peuvent même être transmis aux enfants des parents exposés

Hygiène

Quelques matériels de base pour ouvrir son cabinet médical

19 novembre 2019

Ouvrir son cabinet médical pour un étudiant fraîchement diplômé ou bien pour un médecin avec un peu plus d’expérience est un projet qui doit passer par une préparation assidue. Il est effectivement nécessaire que le praticien s’attaque à une organisation minutieuse pour pouvoir concrétiser de façon correcte son projet. Parmi les choses à laquelle penser en priorité, il y a la dotation en matériels divers, médicaux ou non. Il existe dans cette catégorie des équipements dits « de base » que le nouveau cabinet devra posséder.

Le matériel de la salle d’examen

L’endroit principal qui fait qu’un cabinet médical en est un est sans aucun doute la salle d’examen. C’est là que le médecin ausculte ses patients. Il est donc tout à fait naturel que l’on se penche un peu plus sur l’équipement de ce lieu. En premier lieu il est important de savoir que le bureau du médecin de manière logique dans la salle d’examen. Il est le plus souvent constitué d’une grande table qui doit pouvoir contenir entre autres le matériel informatique, mais aussi les affaires qu’il doit avoir sous la main (éphéméride, bloc note, stylo…).

Ensuite, dans la même salle que le bureau du médecin doit se situer la table d’examen. Cette dernière devra être adaptée à la spécialisation du praticien. Ainsi, la dimension et les accessoires de ce matériel seront définis en fonction de cette caractéristique. Pour ce qui est du prix de cet équipement, il variera également en fonction de la nature des examens qui seront effectués au sein du cabinet. Les établissements dédiés à la vente de matériels médicaux peuvent proposer toutes sortes d’équipements et accessoires à installer dans la fameuse salle d’examen. C’est notamment le cas de la pharmacie qui vend du matériel médical à Alès.

Le matériel de la salle d’attente

Le lieu où les patients attendront leur tour pour leur consultation chez le médecin devra également être bien agencé. Le matériel nécessaire pour que cette pièce ne soit pas difficile à trouver. Cependant, il faudra garder à l’esprit que comme les personnes qui vont s’installer dans cette pièce seront pour la plupart des patients, il importe que les meubles soient confortables. D’une part, il y a les chaises où les patients s’installeront et qui devront être en nombre suffisant.

D’autre part, il y a le coin où les personnes présentes dans la salle d’attente pourront prendre des revues et magazines pour passer le temps. Ce coin en question peut se situer au centre de la salle ou près d’un mur. Une table basse peut notamment y être installée pour servir de support aux revues et aux journaux le plus souvent spécialisés.

Par ailleurs, il faudra également penser à mettre en place un bureau pour l’assistante médicale qui aura la charge de tout ce qui concerne les services de secrétariat, la prise de rendez-vous et aussi l’accueil des clients du cabinet médical. Pour cela, un comptoir, ou bien un bureau classique peut très bien faire l’affaire. Toutefois, le bureau de l’assistante devra être placé à une distance appréciable des chaises. On y procédera de telle manière que les échanges entre l’assistante et ses interlocuteurs soient réalisés en respectant la confidentialité des patients.

Le matériel informatique nécessaire

Tout cabinet médical ne peut certainement pas se passer d’un bon matériel informatique. C’est tout de même un équipement de base que l’on ne devrait surtout pas négliger. Outre le classique ordinateur et les périphériques dits « de base ».

Il s’agit notamment de l’imprimante, du routeur pour la connexion internet et aussi le scanner, d’autres appareils sont également indispensables au sein d’un cabinet médical. On peut entre autres citer : le lecteur de carte vitale, un terminal bancaire pour les paiements par carte bancaire, un logiciel de comptabilité, un logiciel médical, mais aussi un logiciel de retransmission pour la carte vitale.

Food

La « Slow Food », pour la cuisine traditionnelle et contre les fast-foods

17 octobre 2019

Ce mouvement mondial regroupant 132 pays et crée en 1986 par un critique gastronomique italien Carlo Petrini vise à contrer l’essor des fast-foods et de l’industrialisation de la production agroalimentaire. Le nom est en resonance au fast-food et à son mode de consommation rapide et uniformisé, utilisant peu de diversité dans les produit pour en créer en masse. Ce qui a pour conséquences de tuer l’activité d’agriculteurs plus soucieux de la qualité de leur production qu’a leur productivité. Aujourd’hui l’association à but non-lucratif compte plus de 100 000 membres dans plus de 170 pays et 2000 communautés qui assurent une production à petite échelle, pérenne et de qualité. L’association dans ce but a labelisé 100 produit français dont la production reste dans des pratiques traditionnelles, écologiques et locale, on y retrouve ainsi le porc cul noir du limousin, la brousse du Rove ou encore le fromage Salers.

Bon, Propre et Juste pour les consommateur, les producteurs et la planète

 La devise du mouvement « Bon, Propre et Juste » synthétise les valeurs nécessaire dans la nourriture défendue par Slow Food. En effet on parle de « Bon » pour parler de la valeurs nutritive et culturelle qu’a un aliment pour nous consommateurs, avec l’industrialisation liée à la mondialisation nous avons perdu beaucoup de nos variétés de fruits et légumes et ces derniers on aussi perdu en valeur nutritives principalement. On remarquera tous la différence de qualité entre une production de potager avec celle de la grande distribution, cette dernière n’égalera que rarement la première de nos jours alors qu’elle représente une majorité de notre consommation. Le « Propre » parle du respect des production sur l’environnement, la santé du consommateur. Encore une fois la commercialisation de masse de produits agricole se fait bien souvent au détriment de l’environnement et de notre santé. De l’utilisation de pesticides dangereux à long termes, de l’uniformisation des semences qui appauvrit les variétés ou encore de la pollution de cours d’eaux, c’est bien la course à la rentabilité qui pousse nos agriculteurs à faire des concessions autrefois inimaginable. Et enfin le « Juste » pour la conformité à la justice sociale dans les lieux de production et de commercialisation. Un bon prix pour les producteurs, accepté par des consommateurs informés et conscients des enjeux essentiels. Et avec l’envie de changer le système agro-industriel trop toxique pour nous, consommateur, ainsi que notre planète et ses ressources finies.

Que faire pour changer ?

Le mouvement peut être rejoint par n’importe quel consommateur, afin de promouvoir sa production locale vous pouvez facilement vous inscrire dans un des 1500 « convivium » de l’association, ou tout simplement aller découvrir les produits labellisés dans votre région. Mais avant tout sans même s’engager il est de notre devoir de se responsabiliser en consommant des produits de saisons, se renseigner sur les méthodes. Si vous préférez confier cette tâche à des professionnels par manque de temps pouvez commander en ligne dans une épicerie fine locale ou même avoir une idée cadeau de panier garni eco-responsable pour convaincre vos proches par la pratique.

Médecine douce

Comment protéger la peau sensible de bébé ?

12 septembre 2019

Pendant ses premiers mois, voire ses premières années, bébé a une peau fine et sensible. Dans cette mesure, les parents se doivent de prendre certaines précautions pour éviter d’irriter la peau fragile de leur nourrisson, que ce soit durant les toilettes ou les soins d’hygiène du quotidien. Afin de faire le point sur le sujet, voici quelques conseils à prendre en compte pour bien prendre soin de la peau sensible de bébé tout en favorisant sa protection.

Privilégier les savons naturels pour la toilette du nourrisson

Le bain et la toilette font partie de la routine du quotidien pour favoriser l’hygiène et la santé de bébé. Afin de maintenir la neutralité du pH de la peau du nourrisson, il est indispensable d’utiliser des produits adaptés à sa peau. En pratique, cela consiste à choisir des produits à la fois doux et hypoallergéniques.

Ainsi, pour le bain du tout-petit, le mieux est de privilégier un savon naturel issu d’une savonnerie artisanale. Ce type de savon a pour avantage d’être fabriqué avec des ingrédients entièrement naturels et à partir de la saponification à froid. Ce procédé permet de conserver toutes les vertus protectrices et hydratantes des composants naturels du savon, ce qui est très bénéfique pour la peau du nourrisson.

Éviter de donner de bains trop longs

Lorsqu’on donne un bain à un bébé, il faut éviter de le laisser barbouiller trop longtemps. En effet, l’eau contient souvent trop de calcaire. Si le nourrisson est trempé dans l’eau un peu trop longtemps, cette dernière peut devenir néfaste à la peau fragile de bébé, notamment en la desséchant. À cet effet, le bain ne doit pas dépasser quelques minutes.

Durant les premières semaines de bébé, il est recommandé de ne pas le laver plus de deux fois par semaine, surtout si son cordon ombilical n’est pas encore tombé. Enfin, le dernier détail important consiste à sécher délicatement la peau du nourrisson avec une serviette très douce pour éviter de l’irriter.

Bien hydrater la peau de bébé au quotidien

La peau d’un nourrisson ne possède pas encore de film protecteur ce qui la rend vulnérable aux diverses agressions externes, comme le froid, la chaleur, l’eau, etc. Pour bien la protéger et la rendre toujours plus douce, il est donc indispensable de l’hydrater correctement au quotidien. Pour ce faire, il est important de choisir des produits adaptés à son type de peau.

Tout comme le choix d’un savon naturel issu d’une savonnerie artisanale pour sa toilette, les parents se doivent également d’opter pour des soins hydratants au pH neutre et hypoallergénique. L’hydratation de la peau du nourrisson consiste à appliquer une noix de lait sur son corps après la toilette ou le bain. Veiller à masser délicatement le produit jusqu’à ce qu’il soit bien absorbé par la peau.

Adapter les soins pour la peau du nourrisson en fonction des saisons

Tout comme pour les adultes, les changements des saisons peuvent agresser la peau de bébé. Dans cette mesure, les parents se doivent d’être encore plus vigilants concernant la protection de la peau fragile de leur tout-petit. En hiver, le froid tend à assécher et irriter la peau, particulièrement celle du visage.

Le mieux est de demander conseil auprès du pédiatre pour choisir une crème hydratante pour protéger la peau de bébé. Durant les saisons chaudes, il est à éviter d’exposer la peau du nourrisson aux rayons du soleil. À cette période, on peut lui donner un bain tous les jours pour éviter que la sueur ne l’irrite.