Catégorie

Médecine douce

Médecine douce

Comment protéger la peau sensible de bébé ?

12 septembre 2019

Pendant ses premiers mois, voire ses premières années, bébé a une peau fine et sensible. Dans cette mesure, les parents se doivent de prendre certaines précautions pour éviter d’irriter la peau fragile de leur nourrisson, que ce soit durant les toilettes ou les soins d’hygiène du quotidien. Afin de faire le point sur le sujet, voici quelques conseils à prendre en compte pour bien prendre soin de la peau sensible de bébé tout en favorisant sa protection.

Privilégier les savons naturels pour la toilette du nourrisson

Le bain et la toilette font partie de la routine du quotidien pour favoriser l’hygiène et la santé de bébé. Afin de maintenir la neutralité du pH de la peau du nourrisson, il est indispensable d’utiliser des produits adaptés à sa peau. En pratique, cela consiste à choisir des produits à la fois doux et hypoallergéniques.

Ainsi, pour le bain du tout-petit, le mieux est de privilégier un savon naturel issu d’une savonnerie artisanale. Ce type de savon a pour avantage d’être fabriqué avec des ingrédients entièrement naturels et à partir de la saponification à froid. Ce procédé permet de conserver toutes les vertus protectrices et hydratantes des composants naturels du savon, ce qui est très bénéfique pour la peau du nourrisson.

Éviter de donner de bains trop longs

Lorsqu’on donne un bain à un bébé, il faut éviter de le laisser barbouiller trop longtemps. En effet, l’eau contient souvent trop de calcaire. Si le nourrisson est trempé dans l’eau un peu trop longtemps, cette dernière peut devenir néfaste à la peau fragile de bébé, notamment en la desséchant. À cet effet, le bain ne doit pas dépasser quelques minutes.

Durant les premières semaines de bébé, il est recommandé de ne pas le laver plus de deux fois par semaine, surtout si son cordon ombilical n’est pas encore tombé. Enfin, le dernier détail important consiste à sécher délicatement la peau du nourrisson avec une serviette très douce pour éviter de l’irriter.

Bien hydrater la peau de bébé au quotidien

La peau d’un nourrisson ne possède pas encore de film protecteur ce qui la rend vulnérable aux diverses agressions externes, comme le froid, la chaleur, l’eau, etc. Pour bien la protéger et la rendre toujours plus douce, il est donc indispensable de l’hydrater correctement au quotidien. Pour ce faire, il est important de choisir des produits adaptés à son type de peau.

Tout comme le choix d’un savon naturel issu d’une savonnerie artisanale pour sa toilette, les parents se doivent également d’opter pour des soins hydratants au pH neutre et hypoallergénique. L’hydratation de la peau du nourrisson consiste à appliquer une noix de lait sur son corps après la toilette ou le bain. Veiller à masser délicatement le produit jusqu’à ce qu’il soit bien absorbé par la peau.

Adapter les soins pour la peau du nourrisson en fonction des saisons

Tout comme pour les adultes, les changements des saisons peuvent agresser la peau de bébé. Dans cette mesure, les parents se doivent d’être encore plus vigilants concernant la protection de la peau fragile de leur tout-petit. En hiver, le froid tend à assécher et irriter la peau, particulièrement celle du visage.

Le mieux est de demander conseil auprès du pédiatre pour choisir une crème hydratante pour protéger la peau de bébé. Durant les saisons chaudes, il est à éviter d’exposer la peau du nourrisson aux rayons du soleil. À cette période, on peut lui donner un bain tous les jours pour éviter que la sueur ne l’irrite.

Médecine douce

Les astuces pour prévenir et soigner le TOC

21 août 2019

Le TOC, plus précisément Trouble Obsessionnel Compulsif, touche autant les hommes que les femmes. Il survient généralement dès l’enfance et peut arriver suite à une grossesse chez des patientes ayant un syndrome pré menstruel. Cet article partage quelques conseils pour s’en débarrasser.

Les signes de cette maladie

Les TOC se présentent généralement par une pensée intrusive et persistante. Elles se traduisent par une obsession qui ne se retire pas de l’esprit si on n’a pas fait un geste particulier appelé le rituel. Par exemple, vérifier la porte, déplacer un objet ou encore relire un paragraphe. Les personnes atteintes du TOC connaissent que seul ce geste peut tranquilliser la pensée. Sinon, celle-ci tourne en boucle et reste dans la tête. Par ailleurs, les rituels des enfants pour s’endormir ne sont pas considérés comme des TOC. Ce sont des repères structurant leur fonctionnement et leurs journées qui sont nécessaires pour favoriser leur évolution. Le TOC se détermine par la notion de contrainte et d’obligation ordonnant la personne. De plus, il se définit par un geste qui doit être effectué pour faire disparaître cette contrainte. Par contre, un enfant angoissé s’il ne se lave pas les mains avant de déjeuner a une maladie du TOC.

Comment traiter les obsessions et les compulsions ?

De nombreux médicaments s’utilisent pour prévenir et traiter les TOC. Ces remèdes sont aussi efficaces pour soigner la dépression et d’autres types d’anxiété. Pour les cas très graves, il vaut mieux recourir à un psychiatre ayant de l’expérience en troubles mentaux. Ce professionnel est le mieux qualifié pour recommander le type et l’utilisation adaptés à la médication pour le TOC. Pour obtenir plus de renseignements, il vaut mieux consulter ce site et cliquer ici. Avec l’aide d’un professionnel de la santé mentale ou d’un psychologue formé, la thérapie cognitive-comportementale s’avère opérante pour traiter le TOC. La fonction principale du traitement met en cause de confronter ses peurs. Lors de ce processus, les gens affrontent les situations qui déclenchent leurs anxiétés et obsessions. Ensuite, ils sont invités à renoncer aux rituels qui contrôlent leurs sentiments nerveux. Par exemple, un individu obsédé par les germes peut être encouragé à utiliser une toilette publique.

Thérapie cognitive-comportementale pour les obsessions et les compulsions

La théorie cognitive-comportementale ou TCC propose que les personnes atteintes du TOC combinent des situations ou des objets avec la peur. De plus, ces individus doivent apprendre à esquiver les choses qu’ils craignent ou à réaliser des rituels permettant de diminuer leur peur. En situation de stress, par exemple, un individu ayant l’habitude d’utiliser des toilettes publiques peut élaborer un lien entre la peur de tomber malade et la toilette. Une fois la connexion entre un objet et le sentiment de peur établie, les gens peuvent échapper aux choses qu’ils redoutent au lieu de supporter la peur. En plus de cela, la personne ayant peur d’attraper une maladie dans les toilettes publiques pourra s’abstenir de les utiliser. Lorsqu’elle est contrainte de les employer, elle effectuera des rituels comme nettoyer les poignées de porte, le siège de toilette ou respecter une procédure détaillée de lavage. Comme ces actions diminuent temporairement le niveau de peur, celle-ci ne sera jamais traitée, mais renforcera le comportement.

Médecine douce

Faire le jeûne, c’est prendre soin de sa santé

22 juillet 2019
faire-le-jeune-cest-prendre-soin-de-sa-sante

Malgré son insurgence récente dans de nombreux régimes, jeûner est une pratique qui date des temps anciens. Le jeûne est présent dans de nombreuses cultures et religions et il existe divers moyens de faire le jeûne. Cette pratique présente de nombreux avantages pour le corps, et le cerveau. Ainsi, jeûner, c’est prendre soin de sa santé.

Lire la suite…
Médecine douce

La mer : un remède naturel pour le corps et l’esprit

12 juillet 2019
la-mer-un-remede-naturel-pour-le-corps-et-lesprit

On rêve tous de passer nos vacances à la mer. Traditionnellement, quand on pense à l’été dans l’imaginaire collectif, on pense à la mer, à la plage, au soleil, à l’air marin… Et pour cause, la vie à la mer, c’est plutôt tranquille et détente. Mais alors pourquoi la mer nous fait tant de bien, pourquoi on veut tous aller à la mer? Et bien tout simplement car la mer est un remède naturel aussi bien pour le corps que l’esprit. Voyons comment.

Lire la suite…