Food

La « Slow Food », pour la cuisine traditionnelle et contre les fast-foods

17 octobre 2019

Ce mouvement mondial regroupant 132 pays et crée en 1986 par un critique gastronomique italien Carlo Petrini vise à contrer l’essor des fast-foods et de l’industrialisation de la production agroalimentaire. Le nom est en resonance au fast-food et à son mode de consommation rapide et uniformisé, utilisant peu de diversité dans les produit pour en créer en masse. Ce qui a pour conséquences de tuer l’activité d’agriculteurs plus soucieux de la qualité de leur production qu’a leur productivité. Aujourd’hui l’association à but non-lucratif compte plus de 100 000 membres dans plus de 170 pays et 2000 communautés qui assurent une production à petite échelle, pérenne et de qualité. L’association dans ce but a labelisé 100 produit français dont la production reste dans des pratiques traditionnelles, écologiques et locale, on y retrouve ainsi le porc cul noir du limousin, la brousse du Rove ou encore le fromage Salers.

Bon, Propre et Juste pour les consommateur, les producteurs et la planète

 La devise du mouvement « Bon, Propre et Juste » synthétise les valeurs nécessaire dans la nourriture défendue par Slow Food. En effet on parle de « Bon » pour parler de la valeurs nutritive et culturelle qu’a un aliment pour nous consommateurs, avec l’industrialisation liée à la mondialisation nous avons perdu beaucoup de nos variétés de fruits et légumes et ces derniers on aussi perdu en valeur nutritives principalement. On remarquera tous la différence de qualité entre une production de potager avec celle de la grande distribution, cette dernière n’égalera que rarement la première de nos jours alors qu’elle représente une majorité de notre consommation. Le « Propre » parle du respect des production sur l’environnement, la santé du consommateur. Encore une fois la commercialisation de masse de produits agricole se fait bien souvent au détriment de l’environnement et de notre santé. De l’utilisation de pesticides dangereux à long termes, de l’uniformisation des semences qui appauvrit les variétés ou encore de la pollution de cours d’eaux, c’est bien la course à la rentabilité qui pousse nos agriculteurs à faire des concessions autrefois inimaginable. Et enfin le « Juste » pour la conformité à la justice sociale dans les lieux de production et de commercialisation. Un bon prix pour les producteurs, accepté par des consommateurs informés et conscients des enjeux essentiels. Et avec l’envie de changer le système agro-industriel trop toxique pour nous, consommateur, ainsi que notre planète et ses ressources finies.

Que faire pour changer ?

Le mouvement peut être rejoint par n’importe quel consommateur, afin de promouvoir sa production locale vous pouvez facilement vous inscrire dans un des 1500 « convivium » de l’association, ou tout simplement aller découvrir les produits labellisés dans votre région. Mais avant tout sans même s’engager il est de notre devoir de se responsabiliser en consommant des produits de saisons, se renseigner sur les méthodes. Si vous préférez confier cette tâche à des professionnels par manque de temps pouvez commander en ligne dans une épicerie fine locale ou même avoir une idée cadeau de panier garni eco-responsable pour convaincre vos proches par la pratique.

Vous aimerez également

Remarques

Laisser un commentaire